C'est la vie ! Images d'archives

Résultat pour “Pougues les eaux”

Fête ou Faites de la Nationale 7

10 Avril 2016 , Rédigé par education-programme

*

Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Fête ou Faites de la Nationale 7
Lire la suite

Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976

30 Octobre 2015 , Rédigé par education-programme

*
POUGUES-LES-EAUX - 1918

Il y avait à cette époque environ 35 hôpitaux de campagne organisés par la Croix Rouge et le Gouvernement Américain.

Le personnel mobilisé du “Massachusetts Homeopathic Hospital” embarqua sur un bateau le 6 juillet 1918 pour Le Havre et prit le train pour arriver à Pougues-Les-eaux le 26 juillet 1918.

Plusieurs bâtiments, dont le” Splendid Hôtel” furent aménagés pour abriter les différents services de l’Hôpital américain qui démarra son activité le 10 août 1918. 159 patients arrivèrent en camions de Mèsves. La première opération chirurgicale eut lieu dès le 23 août et en septembre l’ordre fut donné de passer de 1200 lits à 1 750 lits. En octobre 1918, 453 patients arrivèrent directement du front, dont 48 officiers. L’Hôpital était surchargé et on dénombra plusieurs décès qu’une sévère épidémie de grippe augmenta encore. L’armistice fut signé avec un fort ralentissement de l’hôpital de Pougues qui reçu l’ordre de se déplacer à Mesves le 29 novembre 1918.

Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Le Splendid Hôtel avant sa démolition en 1976
Lire la suite

Exposition Lambiotte Nevers

25 Novembre 2015 , Rédigé par education-programme

*

Photos Joël Muzerelle
Photos Joël Muzerelle
Photos Joël Muzerelle
Photos Joël Muzerelle
Photos Joël Muzerelle

Photos Joël Muzerelle

Exposition Lambiotte Nevers
Lire la suite

Nevers - Nièvre

9 Décembre 2015 , Rédigé par education-programme

*

Les spectacles de rue
Les spectacles de rue

Les spectacles de rue

Les Zaccros de ma rue en juillet 2003

Les Zaccros de ma rue en juillet 2003

L'ours de Michel Hannecart

L'ours de Michel Hannecart

Un des murs peints de La Malfa

Un des murs peints de La Malfa

Nevers - Nièvre
square - Jean-Desvaux - 2015, L'Adjoint J-L Balleret

square - Jean-Desvaux - 2015, L'Adjoint J-L Balleret

Café Riéra -rue de la Revenderie

Café Riéra -rue de la Revenderie

Les Puces annuelles du Centre Expo

Les Puces annuelles du Centre Expo

Pougues-les-Eaux, juin 1981, L'heure de la Retraite
Pougues-les-Eaux, juin 1981, L'heure de la Retraite

Pougues-les-Eaux, juin 1981, L'heure de la Retraite

Lire la suite

OS aux Etablissements Gerly

13 Juillet 2016 , Rédigé par education-programme

*

En 1971, l'entreprise Gerly qui fabriquait des pantalons (notamment pour la marque Sym), comptait environ 520 salariés. Parmi les ouvrières, beaucoup étaient d'origine portugaise et habitaient Fourchambault. A cette époque, on travaillait 40 h par semaine. Les cadences étaient pénibles et difficiles, tant dans la confection des pièces que dans le repassage.
L'entreprise avait instauré un système de ramassage en bus, matin, midi et soir pour les salariés qui n'avaient pas de moyen de locomotion personnel. Les bus étaient bien souvent surchargés et le nombre de places assises libres très rares.
Les premiers licenciements pour motif économique eurent lieu en 1981.

OS aux Etablissements Gerly

*

 

OS aux Etablissements Gerly

 *

 

OS aux Etablissements Gerly

1973 - Etablissements Gerly à Pougues

* Pougues-les-Eaux 1976 - On fête la Sainte-Catherine chez Gerly en compagnie du patron Germain Sellier. Sainte-Catherine 1974 - Alicia Jurado, x, Mme Seillier née Ginette Lepaire, Elisabeth ... SIÈGE SOCIAL ZONE INDUSTRIELLE 58320 POUGUES LES EAUX FORME... 29/04/2016

Souvenir des Etablissements Gerly

* Pougues-les-Eaux 1976 - On fête la Sainte-Catherine chez Gerly en compagnie du patron Germain Sellier. Sainte-Catherine 1974 - Alicia Jurado, x, Mme Seillier née Ginette Lepaire, Elisabeth Péricot-Gustin, x. Madame Seillier est décédée le 31 mars 1975... 02/04/2016

OS aux Etablissements Gerly

* En 1971, l'entreprise Gerly qui fabriquait des pantalons (notamment pour la marque Sym), comptait environ 520 salariés. Parmi les ouvrières, beaucoup étaient d'origine portugaise et habitaient Fourchambault. A cette époque, on travaillait 40 h par semaine.... 13/07/2016

Gerly à Pougues-les-Eaux

* SIÈGE SOCIAL ZONE INDUSTRIELLE 58320 POUGUES LES EAUX FORME JURIDIQUE Société à responsabilité limitée INSCRIPTION Immatriculée le 05/02/1966. Radiée le 05/11/1986. Conclusions de M. Le Roy, Commissaire du gouvernement Considérant que, par un premier... 30/10/2015

 

Lire la suite

Lucien Jonas

30 Mai 2013

 *
Valencienne 1880 – Paris 1947
Issu d’une famille d'industriels du Nord de la France, Lucien Hector Jonas, peintre d'Histoire et de genre, est bachelier ès-lettres en juin 1898. Il poursuit ses études à Valenciennes et étudie également le solfège et le violon pendant sept ans au Conservatoire de cette ville.
En 1899, il entre à l'École des Beaux-Arts de Paris et devient membre de la Société des Artistes Français dès 1901.
À la même époque, il rencontre Harpignies qui manifeste rapidement de l’affection pour celui qu’il considère comme son protégé.
Un drame de la mine « Les Consolations » lui vaudra la médaille d’argent au Salon de 1905.
Lucien Jonas obtient le Second Grand Prix de Rome en 1905, il est fêté à Valenciennes avec son ami Lucien Brasseur, Premier Grand Prix en Sculpture, puis obtient une médaille d'or avec bourse de voyage en 1907.
En 1911, le Conseil Supérieur des Beaux-Arts lui décerne le Prix National pour le tableau « La Consultation ».
En février 1915, il est agréé « Peintre militaire attaché au musée de l'Armée », il parcourt le front, de la Belgique aux Vosges, puis il lui sera plus spécialement demandé les portraits de chefs militaires.
En 1916 il est nommé peintre officiel de la Marine. Il connaît également le succès avec des décors muraux dans le style Art déco et réalise la décoration de nombreux édifices, notamment à Paris (maison des Centraux) et à Valenciennes (Hôtel de ville, Chambre de commerce).
En 1929, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur.
En 1933, c'est le début de sa collaboration avec la Banque de France pour la création de billets de banque.
En 1937, il réalise des décors pour l'Exposition Universelle de Paris.
En 1945, au Salon des Artistes Français, il lui est attribué la « Médaille d'Honneur de peinture » pour une fresque de 14 mètres de long comportant quelque 120 personnages et intitulée : « Furor teutonicus ».

"Jonas travaille actuellement à une importante décoration du Casino de Pougues-les-Eaux. Nous avons vu ces toiles destinées à être marouflées, traitées d'une manière légère et fraîche avec des couleurs chatoyantes, des bleus délicats, une riche gamme de roses et de verts, rehaussées de couleurs pures, créant des coloris vivants, robustes et délicats tout à la fois. Ces allégories, la Musique, la Danse, la Déesse des Eaux transportée dans les Nues, tant de fois traitées par de nombreux peintres, gardent chacune leur originalité propre en ne tombant pas dans le poncif.
Ces décorations pleines du charme le plus délicat seront un délice pour les yeux des baigneurs qui, cette année, auront la bonne fortune d'aller à Pougues-les-Eaux."
cf/ Robert Cousanges

Lucien Jonas, outre les panneaux décoratifs et affiches du Casino de Pougues, aimait à peindre sur le motif les paysages nivernais. Notamment à La Charité-sur-Loire, son vieux pont et l’église Sainte-Croix ou encore à Pougues l’allée des marronniers et la grande place ; oeuvres reproduites en couleur dans « L’Illustration » du 01/10/1932.

Décorations du Casino de Pougues-les-Eaux - juillet 1930
Décorations du Casino de Pougues-les-Eaux - juillet 1930

Décorations du Casino de Pougues-les-Eaux - juillet 1930

Etudes pour le Casino de Pougues
Etudes pour le Casino de Pougues
Etudes pour le Casino de Pougues

Etudes pour le Casino de Pougues

Lire la suite

Rumeur Fin de Siècle à Pougues

3 Juillet 2015 , Rédigé par education-programme

*

Rumeur Fin de Siècle à Pougues

Rapporté par Monique Guenette

Félix Alexandre Roubaud est arrivé à Pougues-les-Eaux en 1858 ou 1859.

Marié à Alix de Clermont-Tonnerre, le 30 janvier 1862, le couple Roubaud va s'installer quelque temps après dans la maison de Pougues que le docteur a dû faire construire puisque c'est là qu'il travaille. Mais il garde un pied-à-terre à Paris, toujours non loin de l'Opéra.

L'installation à Pougues ne durera pas très longtemps d'ailleurs, puisque dans le journal "le Petit Saumurois", mais sans doute aussi dans d'autres publications, est paru à plusieurs reprises, en 1868, une petite annonce sur les bienfaits des eaux de Pougues, laquelle se terminait pas le paragraphe suivant : "le propriétaire de cette source croit de son devoir d'avertir le public que le docteur Félix Roubaud n'est plus médecin inspecteur depuis trois ans et qu'il n'a plus aucune position officielle dans l'établissement."

Aux archives de la Nièvre, cote M5115, se trouve une correspondance entre le préfet de la Nièvre et le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, datée de juin à août 1865, faisant état de plaintes à cause de "procédés inconvenants" dont userait le bon docteur vis-à-vis des baigneuses. Une enquête est demandée au préfet, lequel semble bien ennuyé...

Il constate d'abord qu'aucun fait de cet ordre n'a pu être reproché au docteur Roubaud depuis son mariage. Mais avant peut-être : "à quoi bon revenir sur des faits oubliés qui pourraient semer le trouble dans des familles honorables". Le préfet se demande également si ces plaintes ne seraient pas dictées par des questions d'intérêt ou des motifs d'animosité personnelle.

Le 18 novembre 1867, Monsieur Logerais se plaint dans une lettre adressée au ministre : "il est un autre fait grave qui s'est passé pendant toute la saison, bien que je l'eusse déjà signalé au propriétaire de l'établissement. Monsieur Roubaud n'a pas cessé de donner des douches à des dames. Que, dans certaines conditions un médecin soit obligé, pour voir l'effet de cette médecine d'assister à son application, je l'admets volontiers, mais l'intervention habituelle d'un médecin en pareille occurrence ne me paraît nullement nécessaire. Cette intervention de Monsieur Roubaud donne lieu à des bruits de nature à nuire à la bonne réputation de l'établissement."

Rumeur Fin de Siècle à Pougues
Rumeur Fin de Siècle à Pougues
Lire la suite
Lire la suite

Château de Chassagne-Montrachet

8 Juillet 2017 , Rédigé par education-programme

*
Lorsque l'Image évoque souvenirs et histoires et si de surcroît celle-ci flatte le regard, pourquoi le tableau ne serait-il pas réussi ? 

Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet
Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet

Pougues-les-Eaux, son Pavillon des Sources et les Hommages - Château de Chassagne-Montrachet

Lire la suite

La Baigneuse du Parc

29 Avril 2016 , Rédigé par education-programme

*
La propreté n’était pas la caractéristique majeure des XVIIIème et XIXème siècles.

Si l’on se parfumait beaucoup, on se lavait rarement. Ce n’était pas seulement une condition d’aisance matérielle : la société dans son ensemble répugnait à ces manières jugées inutiles. On disait alors d’un homme, comme d’un fromage, qu’il avait du “caractère”, ce qui signifiait qu’il sentait fort et que son commerce n’en était que plus agréable !

La scène du porteur de bain des grandes villes, ou plus prosaïquement la baignade, attirait parfois quelques badauds et les moqueurs se gaussaient de ces bourgeois qui croyaient se “laver l’âme en se frottant le cul”.

Le Parc Saint-Léger de Pougues-les-Eaux

Le Parc Saint-Léger de Pougues-les-Eaux

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>