C'est la vie ! Images d'archives

Le centre d'art déménage

7 Mai 2021 , Rédigé par education-programme

*
Le département s'est désengagé du Centre d'art et de l'ensemble du parc Saint-Léger qu'il a vendu à la municipalité pouguoise.
Il reste maintenant à connaître le ou les choix nécessaire à l'inévitable reconversion du Centre ?

Le déménagement en cours du Centre d'art
Le déménagement en cours du Centre d'art
Le déménagement en cours du Centre d'art
Le déménagement en cours du Centre d'art
Le déménagement en cours du Centre d'art
Le déménagement en cours du Centre d'art

Le déménagement en cours du Centre d'art

Le « paradigme » de l’art dit contemporain semble bien arriver en phase finale.

Le « Magasin » de Grenoble devient « La Supérette », après le licenciement de sa directrice suite à un congé de plus d’un an pour profonde asthénie musculaire et dépression. La « Supérette » est maintenant gérée par un collectif de street-artistes locaux en articulation directe avec la municipalité verte de Monsieur Piolle.

http://et.pourquoi.pas.over-blog.com/2021/04/a-grenoble-le-magasin-devient-une-superette.html
http://www.petit-bulletin.fr/grenoble/infos-article-68834-Une+occupation+au+Magasin++.html

Le curator international et journaliste Nicolas Bourriaud est congédié du poste à Montpellier qui lui avait été confié pour le rayonnement de l’art contemporain.

https://www.midilibre.fr/2021/03/17/montpellier-nicolas-bourriaud-debarque-du-moco-et-colere-chez-les-etudiants-des-beaux-arts-9433512.php

La ville de Quimper coupe les subventions de son centre d’art « Le quartier » qui avait notamment imaginé de faire écouter de la musique à des plantes afin qu’elles poussent plus rapidement.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/quimper-le-centre-dart-contemporain-le-quartier-ferme-4443842

Le centre d’art en milieu rural de Pougues-les-Eaux est abandonné lui aussi après ses plus ou moins extravagantes expositions et au constat qu’il n’y avait aucun public.

Un des produits de l’art officiel d’État, le nivernais Claude Lévêque, a disparu des radars en même temps que Christophe Girard, grand maître des cérémonies culturelles socialo-progressistes parisiennes les « nuits blanches » avec les tulipes de Koons ou encore les grandes bâches de Christo…

Désormais on ose ouvertement s’interroger sur la nature de cet art qui s’est approprié le qualificatif « contemporain », sur ses origines, sur sa légitimité, sur sa logique de fonctionnement, sur son bilan, sans craintes des bordées d’injures ou d'être taxé de populisme, voire de fascisme.
Autant de signes qui montrent que l’art contemporain est en bout de course, que l’appareil qui le produit en vase clos depuis 40 ans commence à gripper, que l’idéologie de type totalitaire qui le sous-tend se retourne sur elle-même, que la terreur intellectuelle qu’il a inspiré s’émousse.
Un total échec aussi de la traduction artistique d’un néolibéralisme débridé mondialisé. Un calamiteux résultat pour 40 ans de déconstruction subventionnée.

Quel avenir pour ces dizaines de milliers d’œuvres conceptuelles accumulées dans les collections publiques - tous ces tas de terre, de fripes, ces nombreux objets de récupération, tous ces parpaings, ces bouts de bois et assemblages improbables - Qu’en faire ? Quand leur inaliénabilité est inscrite dans la loi, quand le respect du droit moral et de la propriété intellectuelle est impératif en ce territoire pourtant de non-sens ?

Vers une proposition de reconversion du Centre d'art de Pougues
Vers une proposition de reconversion du Centre d'art de Pougues
Vers une proposition de reconversion du Centre d'art de Pougues

Vers une proposition de reconversion du Centre d'art de Pougues

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvie CANTREL, Maire 09/05/2021 19:55

Bonjour
le département n'a pas encore vendu le parc
La commune n'en sera propriétaire que sous réserve d'un coût d'achat max de 300 000€ hors frais de notaire.
La commune ne pourrait se permettre plus
cordialement