C'est la vie ! Images d'archives

Nièvre, les élections

20 Juin 2017 , Rédigé par education-programme

Christian Paul, élu pour la première fois député en 1997, n’est pas parvenu à l’emporter face à Patrice Perrot.
Il avait résisté aux vagues bleues de 2002 et 2007. Avait prolongé et même amplifié l’élan après l’élection de François Hollande, en 2012. Après quatre mandats de parlementaire, Christian Paul (PS) n’est pas parvenu, dimanche, à l’emporter dans ces élections législatives hors normes, malgré un gain de voix notables entre les deux tours.
La vague La République en marche (LREM), même moins puissante qu’annoncé dans les projections des derniers jours, l’a emporté. Effet conjugué de la demande de renouvèlement des visages, du cumul des mandats dans le temps pour le député sortant, de l’affaiblissement du PS, dont une partie des militants et des élus nivernais a préféré jouer la partition de La République en Marche, ne se reconnaissant pas, manifestement, dans le positionnement du député sortant dans le quinquennat écoulé.
 
Comme le sénateur Gaëtan Gorce une semaine plus tôt, Christian Paul s’est incliné. Quelle que soit la suite, les Nivernais qui se sont rendus aux urnes ont choisi d’écrire un nouveau chapitre de leur histoire politique largement dominée par la présence du PS. De se passer du parlementaire désigné le plus influent de la législature écoulée. 655 amendements adoptés, 12 rapports, et une présence médiatique marquée, en lien avec la « fronde », contestation des orientations économiques des gouvernements successifs.
Le déclic, ce sont les municipales de 2014, qui se traduisent par une série de défaites, dans le pays, et dans la Nièvre. Évoquant « le désamour entre le gouvernement et les citoyens », Christian Paul est de ceux qui, au PS, haussent le ton, et demandent un « contrat de majorité » avec le gouvernement Valls. « Il n’y aura pas de redressement dans l’austérité, dans la montée des inégalités », martèle-t-il alors, soulignant : « Nous n’avons pas été élus en 2012 pour faire cette politique-là ».
Réinventer le PS, Christian Paul, membre du parti depuis 1978, année de débâcle électorale pour la gauche, en a fait un de ses engagements. En 2002, il participe ainsi à la création du Nouveau Parti Socialiste, aux côtés de Benoît Hamon, Vincent Peillon et Arnaud Montebourg...
lejdc.fr
Le ministre Jean Auroux entre le sénateur Gaétan Gorce et le député Christian Paul.

Le ministre Jean Auroux entre le sénateur Gaétan Gorce et le député Christian Paul.

Le Groupe participe à l'inauguration du Musée Olga Olby à Decize - 1988. Christian Paul au micro.

Le Groupe participe à l'inauguration du Musée Olga Olby à Decize - 1988. Christian Paul au micro.

Christian Paul
Sciences Po puis l’ENA - promotion Fernand-Braudel, comme Gaëtan Gorce. Qui le mènera à la préfecture de Nevers, comme directeur de cabinet, puis à la sous-préfecture de Château-Chinon en 1989-1990. Le Clermontois d’origine fera de la Nièvre sa terre d’élection.
En 1994, il est élu conseiller général du canton de Lormes jusqu’en 2004, puis, un an plus tard, maire de Lormes jusqu’en 2001. Deux ans plus tard, il devient député de cette circonscription qui était celle de François Mitterrand. Il le sera jusqu’en 2017, avec une parenthèse de deux années 1999-2001, où il occupe la fonction de Secrétaire d’État en charge de l’Outre-mer.

*
7/06/2017 à 14:22
Un collègue neversois, enseignant en EPS, me disait non sans humour qu’ici, à Nevers, dans la Nièvre, il suffisait de coller l’étiquette “Parti socialiste” sur n’importe quel mouton afin que celui-ci soit élu.
Aujourd’hui le mouton se trouve remplacé par le singe et la mention “Parti socialiste” par “En marche !”.
Néanmoins, après trente ans de socialisme dans un département qui n’a cessé de se dépeupler, de perdre des emplois, de se cantonner à figurer dans le "gruppetto"..., on peut penser qu’il doit être désormais difficile de faire pire.

Nièvre, les élections
Nièvre, les élections

Partager cet article

Commenter cet article

Daniel T. 21/06/2017 09:30

Christian Paul qui pensait pouvoir durer indéfiniment
est viré. Bayrou et sa clique idem. Le Tous pourri est d'actualité...

Genevieve Boisserie 18/06/2017 06:33

genevieve.boisserie@upr.fr

Les élections
Hélas, nous pouvons considérer sans crainte de ne pas se tromper, que c'est bien une vérité !!