C'est la vie ! Images d'archives

Trophée du Million

6 Mai 2017 , Rédigé par education-programme

*

1972 - Sur le circuit de Magny-Cours
1972 - Sur le circuit de Magny-Cours
1972 - Sur le circuit de Magny-Cours
1972 - Sur le circuit de Magny-Cours

1972 - Sur le circuit de Magny-Cours

1968 - Les vainqueurs du jour. Side-car,Joseph Duhem et François Fernandez. Le n° 23 est Jean-Claude Costeux, vainqueur en 350-500cc et on aperçoit Jacques Roca, vainqueur en 250cc.
1968 - Les vainqueurs du jour. Side-car,Joseph Duhem et François Fernandez. Le n° 23 est Jean-Claude Costeux, vainqueur en 350-500cc et on aperçoit Jacques Roca, vainqueur en 250cc.
1968 - Les vainqueurs du jour. Side-car,Joseph Duhem et François Fernandez. Le n° 23 est Jean-Claude Costeux, vainqueur en 350-500cc et on aperçoit Jacques Roca, vainqueur en 250cc.
1968 - Les vainqueurs du jour. Side-car,Joseph Duhem et François Fernandez. Le n° 23 est Jean-Claude Costeux, vainqueur en 350-500cc et on aperçoit Jacques Roca, vainqueur en 250cc.

1968 - Les vainqueurs du jour. Side-car,Joseph Duhem et François Fernandez. Le n° 23 est Jean-Claude Costeux, vainqueur en 350-500cc et on aperçoit Jacques Roca, vainqueur en 250cc.

Trophée du Million
Trophée du Million
Trophée du Million
Trophée du Million
Trophée du Million
Nostalgie et souvenirs de François Fernandez, passager de Side-Car
Associés de 1963 à 1969, Joseph Duhem et François Fernandez ont été Champions de France en 1964, 1968 et 1969 et ont remporté sept victoires :
31 mars 1968, Trophées du M.C.F. à Montlhéry,
16 juin 1968, Circuit de Vitesse de Magny-Cours,
11 mai 1969, Critérium de Vitesse à Montlhéry,
15 juin 1969, Circuit de Vitesse de Magny-Cours,
14 septembre 1969, Course au programme du Bol d'Or à Montlhéry,
28 septembre 1969, Coupes de Paris à Montlhéry
     
C'est la nostalgie qui me conduit aujourd'hui à témoigner de mon expérience dans le monde des courses motocyclistes dans les années cinquante et soixante.
Je tiens, avant toute chose, à remercier mes parents de m'avoir fait naître en France.
Pour retrouver l'origine de mon histoire familiale, il faut voyager un peu  plus loin, jusque dans le sud de l'Espagne, en Andalousie pleine de soleil et de faim (à cette époque).
Suite à la fermeture des mines de fer, de plomb et d'argent au début du XXème siècle, mon grand-père maternel, François Castro (à qui je dois mon prénom), partit pour Cuba, puis Buenos Aires, et alla jusqu'en Terre de Feu pour tenter d'y gagner de quoi faire vivre sa famille – sa femme et ses enfants étant restés en Espagne.
Son périple s'acheva en France, en 1914, avec une première étape à Marseille où il était employé comme manœuvre à décharger les bateaux.
Puis, quelques temps après, il monte sur Givors, qui était à cette période un grand centre industriel: dans les différentes entreprises de la ville, le travail ne manquait pas pour les hommes courageux. Il termina sa vie professionnelle aux "Hauts Fourneaux" de Chasse-sur-Rhône...

Partager cet article

Commenter cet article