C'est la vie ! Images d'archives

Exposition Le Christ à la Galerie K13

2 Septembre 2016 , Rédigé par education-programme

*

"Notre époque est passée championne dans l'art de défigurer les icônes du christianisme. Mais c'est dans sa vocation d'endurer cela intelligemment."

Professeur d'histoire des religions à la faculté de théologie catholique de l'université de Strasbourg, le dominicain François Bœspflug est l'auteur d'une monumentale histoire de l'Éternel dans l'art, Dieu et ses images. Il analyse les scandales et les controverses qui entourent l'art d'aujourd'hui, de plus en plus souvent qualifié de "christianophobe".

Exposition prolongée jusqu'à fin septembre
Exposition prolongée jusqu'à fin septembre
Exposition prolongée jusqu'à fin septembre

Exposition prolongée jusqu'à fin septembre

Hélas, le son est un peu faible ! Merci à Christiane la vidéaste et photographe

Texte radio - Patrick Dorocant
 
Il y a environ 4 mois un ami m’a montré une suite de gravures représentant l’Evangile de Matthieu, exécutée en 1972 pour son examen des beaux-arts de Reims par Marc Vérat. J’ai donc contacté Marc Vérat qui m’a ouvert les portes sur des peintures qu’il avait faites sur ce même thème de la religion.
Ayant auparavant exposé Bernard Damiano dans ma Galerie K13, rue de Nièvre à Nevers, je connaissais la portée symbolique du sujet et de l’artiste qui fit don à l'Église Paroissiale de “Sancto Lucio De Coumboscuro” de 14 peintures et de “Lou Christ Sagnànt”, un crucifix en bois qui possède une extraordinaire force plastique.
Un peintre, ami de Marc Vérat, Daniel de Courville m’a tout de suite proposé d’exposer son Christ de Damiano et j’ai ensuite téléphoné à un collectionneur de Nevers, ville d’art et d’histoire, qui nous a prêté sa Pieta du même Damiano. J’avais réuni deux pièces maitresses de la collection. Michel Philippart avec la série des télévisions en référence à la Chapelle Saint-Sylvain et l’introduction de Rose Aymes avec sa “Pietà Blue” ont donné l’impulsion finale – l’harmonie était faite. Du moins je le croyais, jusqu'à ce que Rose me présente Jean-Marie Roch et son travail sur les clous de la croix. Mais ils sont là, présents, à eux de vous livrer leurs sentiments, leurs explications...

Partager cet article

Commenter cet article

CB 06/09/2016 07:53

Inutile de me remercier Marc, le travail n'en vaut pas la peine !