C'est la vie ! Images d'archives

Splendid Hôtel et Parc thermal

29 Mai 2016 , Rédigé par education-programme

*

Splendid Hôtel et Parc thermal
Splendid Hôtel et Parc thermal
Splendid Hôtel et Parc thermal
Splendid Hôtel et Parc thermal
Pougues-les-Eaux, Nationale 7

Pougues-les-Eaux, Nationale 7

Partager cet article

Commenter cet article

J-F P 20/12/2016 12:22

Bonjour Monsieur Veyrat
Vous avez bien fait ! Il n'y a aucun problème. Vous et moi avons la même conception de notre patrimoine à sauvegarder et de notre histoire à conserver.
Je travaille actuellement sur les machines agricoles Breloux de Nevers. Avez-vous des infos et des illustrations ?
J'ai retrouvé la trace de plusieurs machines, en Aveyron, en Saône-et-Loire, dans le Gers, le Cantal, du Rhône, en Belgique. Je viens d'interviewer l'agriculteur (retraité aujourd'hui) qui a acheté la toute dernière machine Breloux, avec son frère, en 1965. Elle existe toujours et tourne dans des fêtes du battage à l'ancienne dans la région de Chalon-sur-Saône. J'ai eu, aussi, voici quelques minutes, l'un des bénévoles aveyronnais (de La Salvetat-Peyrales) qui ont restauré une locomobile Breloux modèle 1927.
Voilà...
Je vous adresse mes amicales et respectueuses salutations.


Le 20 décembre 2016 à 11:57, Marc VERAT a écrit :

Bonjour Monsieur Perret,

Je me suis permis de reprendre votre article concernant le Splendid Hôtel, j’ai bien entendu cité les sources.
J’espère que vous n’y verrez nul inconvénient.
Par ailleurs, j’ai informé il y a quelques temps, le Conseil Départemental sur l’état de dégradations avancées du Pavillon des Sources.
Avec mes meilleures salutations,
Marc VERAT

Jean-François PERRET 20/12/2016 11:44

Trois semaines de travaux ont été nécessaires, en 1977, pour gommer les 93 ans d’histoire du Splendid Hôtel, l’un des fleurons architecturaux du site thermal de Pougues-les-Eaux.
Combien de bouteilles d’eau minérale de Pougues ont été dé­ bouchées et consommées entre les murs du Splendid Hôtel ? Des dizaines de milliers, sans doute. Construit en 1884 (à l’arrière du Pavillon des Sources), et élevé sur trois niveaux, riches de moult ornements architecturaux, l’établissement faisait le plein au temps où Pougues­les­Eaux rayonnait.
À cette époque, le succès du thermalisme était tel que la capacité d’accueil du Splendid Hôtel ne suffisait pas pour répondre à la demande des curistes.

Hôpital militaire - Le Splendid Hôtel s’intégrait parfaitement au site thermal auquel il était d’ailleurs relié par un promenoir très fréquenté à la Belle époque. Mais la vie de ce joyau de l’hôtellerie thermal n’a pas toujours été de tout... repos. Lors de la Première Guerre mondiale, l’armée française puis américaine l’a investi pour le transformer en hôpital militaire (1). Le conflit terminé, les lieux, qui en ont souffert, font l’objet d’une... cure de jouvence. Les temps ont changé. Les curistes exigent un confort moderne. Alors, la compagnie des Eaux de Pougues installe l’eau courante dans les salles de bains et le chauffage central. Mais la Seconde Guerre mondiale vient troubler la quiétude de la cité thermale. Aux heures sombres de l’occupation, le Splendid est envahi par l’armée allemande qui en fait son central téléphonique, où fourmillent celles qu’on surnomme alors “les souris grises”, le personnel fé­minin en uniforme de cette couleur.

Centre de détention puis d’accueil - Les cloches de la Libération ayant sonné, l’hôtel est réquisitionné par les F.F.I. (Forces fran­çaises de l’Intérieur) qui y gardent les “collabos”. S’ensuit une autre période de son histoire, liée elle aussi à la Seconde Guerre mondiale : le Splendid accueille alors les israélistes rapatriés des camps de concentration. Ces deux derniers épisodes d’occupation des lieux ont raison de la structure hôtelière. Elle n’est plus que l’ombre de sa splendeur passée. Escaliers, planchers, portes et placards ont été brûlés pour réchauffer ces hôtes-­là.

Arrêt de mort - En 1977, le Splendid Hôtel, à l’état de ruines, est une menace pour la sécurité des lieux. Le Conseil général en ordonne la démolition. L’arrêt de mort du géant est signé. Tout un pan de l’histoire thermale de Pougues va tomber sous les coups des engins d’une entreprise spécialisée de Roanne. Les curistes ont déserté les lieux. Le casino, lui aussi, met son activité entre parenthèses. Les grilles d’entrée du parc, à l’abandon, sont cadenassées. Triste époque ! Faut-­il parler au passé, et avec nostalgie, de la station thermale ?

(1) Sources : Les Stations thermales nivernaises, Camosine, 2013 ; (2) archives La Montagne Nièvre, 1977;recherches de Louis Rousseau.

En quelques dates
1925. Construction d’une usine d’embouteillage au Ponteau.
1943. Le Splendid Hôtel ravagé par un incendie.
1959. Le nouveau P-dg de la Compagnie des Eaux, le Corse Antoine Séréni, ré- nove le casino et veut reconvertir le Splendid Hôtel en maison pour diabète.
1971. Fin de l’activité thermale à Pougues-les-Eaux.
1975. Fin de l’embouteillage pour les sources Alice, Saint-Léger et Élisabeth.
Début 1976. Le Département acquiert le site de l’établissement thermal.
1977. Démolition du Splendid Hôtel.
1985. Démolition de l’ancienne usine d’embouteillage au Ponteau.
Avril 2012. Inscription du pavillon des sources Saint-Léger et Saint-Léon aux Monuments Historiques (*).

Avril 1992. Le Bureau de récherches géologiques et minières (BRGM), mandaté par le Conseil général de la Nièvre, rend une étude de préfaisabilité de nouveaux forages ou captages d’eau minérale, en vue de relancer une exploitation du site. Ce sera sans suite.

(*) Sources. Rapport d’enquête publique pour la modification du périmètre de protection d’un monument historique de Pougues­lesEaux, (2014).

Jean-François Perret/ lejdc.fr