C'est la vie ! Images d'archives

Quelques vues de Nevers

4 Avril 2016 , Rédigé par education-programme

*

Patisserie Muzerelle rue du Commerce

Patisserie Muzerelle rue du Commerce

Maison Idoux spécialisée dans la vente de fromage

Maison Idoux spécialisée dans la vente de fromage

Place Saint-Laurent

Place Saint-Laurent

rue de Nièvre

rue de Nièvre

Quelques vues de Nevers
rue du Singe ou rue Aublanc ?

rue du Singe ou rue Aublanc ?

Rue Aublanc, haut lieu de débauche à Nevers au XIXe siècle : pas une maison qui n’hébergeait une ou plusieurs prostituées. Tolérance.

Les ligues de vertu n’ont pas disparu. Soixante-dix ans après que Marthe Richard a fait fermer les maisons closes, le Parlement vient de voter la pénalisation des clients. Plus qu’une réponse à une question de morale ou de dignité humaine, il faut y voir le dernier avatar en date de tentative de réglementation d’un fait social universel.

Car si c’est une prostituée ayant refait sa virginité de dignité qui a fermé les maisons closes, c’est le Consul Napoléon Bonaparte qui avait fait le choix de la tolérance, en 1804, après avoir rendu, deux ans plus tôt, obligatoire la visite sanitaire des filles de joie pour lutter contre la syphilis.

109 prostituées recensées en 1883 dans la Nièvre

Une préoccupation sanitaire récurrente au fil du temps, dont on trouve trace pour Nevers dans un ouvrage de Guy Thuillier. En 1826, le colonel commandant le régiment de cavalerie se plaint régulièrement de l’absence de surveillance médicale pour les quinze prostituées de la ville : « Ne pas soigner les militaires vénériens et les filles publiques, c’est risquer de propager ce fléau destructeur et d’en établir le foyer dans Nevers, ville destinée à conserver à peu près dans tous les temps une garnison nombreuse » et apte à guerroyer, s’entend.

Dans un ouvrage d’une grande exhaustivité pour l’époque, le chirurgien Armand Després a livré, en 1883, des indications précieuses sur ce qu’était la prostitution en tout lieu de France, Nièvre comprise. On y apprend que Nevers compte onze maisons closes, Cosne une, Decize une également, mais qu’il n’y a pas de prostitution à Clamecy. La maison close de Decize compte quatre pensionnaires, celle de Cosne six, les onze de Nevers 38. Il faut aussi comptabiliser 21 filles, dites “en carte”, qui travaillent chez elles, et quarante irrégulières dites “libres”. Au total : 109 prostituées recensées dans la Nièvre.

Rue Aublanc, le Cristal Palace (notre photo à la Une) fut même le théâtre d’un meurtre retentissant, en 1936, où l’amour s’égara.On doit à la marotte du Neversois René Renaud (qui a fait don de ses recherches aux Archives départementales) pour la prostitution un inventaire d’une grande précision des maisons closes à Nevers. Représentons-nous toutes les maisons de la rue Aublanc, décrite par François Lechat dansNevers pas à pas,« tortueuse, mal bâtie, mal fréquentée à cause des gros numéros » comme autant de bordels officiels. Un seul exemple : en 1876, 14 filles au seul numéro 63 de la rue Aublanc. Il y en avait aussi aux numéros 64, 65, 66, et 67. La rue de la Boullerie (un seul l à l’époque) n’était pas en reste avec quatre filles au numéro 28 et huit filles au numéro 3.

Une des conséquences de la loi Marthe Richard fut l’augmentation phénoménale du nombre de bordels clandestins. Depuis que les députés ont décrété au début du mois la pénalisation du client, les hôteliers se frottent les mains. Comme pour Sisyphe, le combat des ligues de vertu continue…

Jean-Christophe Henriet/ lejdc.fr

rue Saint-Martin, avant - après...
rue Saint-Martin, avant - après...

rue Saint-Martin, avant - après...

Quelques vues de Nevers
Quelques vues de Nevers
Quelques vues de Nevers
Quelques vues de Nevers
C'était quand même mieux avant !

C'était quand même mieux avant !

Partager cet article

Commenter cet article

Monguillon 11/02/2017 07:07

Bonjour, j'aurai aimé savoir si vous auriez des anciennes photos de la rue de Nièvre, principalement de l'ancien garage et de l'ancien hôtel situé aux 8 et 10 rue de Nièvre à Nevers. Merci
Cordialement

-- envoyé par monguillon (benemoonguillon@gmail.com)

Bonjour,

Non ! Rien d'autre que ce qui figure sur :
http://travail-de-memoire.pagesperso-orange.fr/Mise-a-jour.htm