C'est la vie ! Images d'archives

Lettre au Médiateur des communications électroniques

22 Janvier 2016 , Rédigé par education-programme

*

Lettre au Médiateur des communications électroniques

Concernant un dysfonctionnement récurrent sur le réseau France-télécom dans la Nièvre, donc de la connexion Internet.
Une première réclamation au Service Consommateurs Internet Orange Bordeaux a été faite par écrit et par mail ( snc.snc@orange-ftgroup.com ) il y a désormais près d’une dizaine d’années.

Sans aucun résultat probant, un litige a finalement été déposé auprès des services du Médiateur des communications électroniques le 06/03/2012, puis renouvelé depuis.

Hélas, à ce jour ladite connexion demeure toujours intermittente et imprévisible, ce qui, bien entendu, rend tout travail suivi impossible, sans évoquer les désagréables coupures des conversations téléphoniques.

Des prestataires de service ou des techniciens délégués par France-télécom sont intervenus à plusieurs reprises, mais sans réelle efficacité, et en évoquant de multiples raisons parfois assez étonnantes comme des perturbations dues à un appareil électrique, au voisinage, au décodeur télé, à une livebox défectueuse bien sûr, voire même à une chaudière ?…

Cependant, jamais un contrôle sérieux du réseau et sa mise en cause n’aura été évoqué - Pourquoi ?

Il est vrai que si l’on suit le discours, paru dans « Capital » du mois de décembre, de Monsieur Richard, PDG d’Orange à la rémunération globale de 1 324 440 € en 2014, tout va bien dans le meilleur des mondes, Orange reste à la pointe ! Peut-être est-ce vérifiable dans les agglomérations d’importance mais pas pour la Nièvre et, en tout cas, pas à Pougues-les-Eaux.

L’opérateur, aux-dires de Médiateur, aurait obligation de résultat, cela ne semble donc pas vraiment le cas. Celui-ci profite même de la crédulité du client afin de lui facturer toute intervention en plus de l’abonnement et, nombreuses sont les personnes qui se laissent d’ailleurs abuser alors qu’elles seraient en droit d’exiger au contraire un dédommagement.

*

Témoignages

*

----- Original Message -----

From: marc verat

To: contact@nievrenumerique.fr

Cc: snc.snc@orange-ftgroup.com ; snc.snc@orange.com ; geraldine.phulpin@centrefrance.com

Sent: Wednesday, January 20, 2016 11:23 AM

Subject: Re: connexion Internet aléatoire

Bonjour,

Le prestataire de service délégué par France-télécom est bien intervenu ce jour.

Cependant, et sans un contrôle sérieux sur votre réseau rien ne changera.

Je vous rappelle que ces perturbations récurrentes, qui rendent tout travail continu impossible, durent tout de même depuis une dizaine d'années.

*

J’habite Pougues-les-Eaux et depuis environ une semaine il est impossible de se connecter. J’ai prévenu Orange qui m’a répondu qu’il allait m’envoyer un technicien et que l’intervention me serait facturée. Aujourd’hui la connexion fonctionne de nouveau… Un « plot » du central aurait grillé ?

Ginette VERON

*

Bénéficier d’un service « triple play » avec internet, téléphonie et télévision, en disposant d’une connexion de 10 mégabits minimum, reste illusoire pour bon nombre de Nivernais.
Le printemps 2016 devrait voir les premiers abonnés raccordés à la fibre optique dans les quartiers neversois de La Baratte, des Montapins et du Mouësse. Ils pourront « surfer » à pleine vitesse avec des débits allant jusqu’à 200 mégabits. Si ces quelques familles vont pouvoir profiter du très haut débit, d’autres continueront de ramer. Et ils sont nombreux ces habitants des villes et des campagnes à apporter leurs témoignages sur la fracture numérique.
Régis Juillard, de Varennes-Vauzelles, il habite dans le quartier de Florenville :
« Nous avons une connexion d’un méga, voire 1,5 quand Orange est généreux. Nous payons le triple play, mais avec une connexion au rabais et une télévision par satellite. Impossible de faire du replay ! Quand on essaie, il faut bien quatre bonnes heures pour commencer à regarder une émission ou un film. Il est compliqué aussi de naviguer sur certains sites internet qui contiennent des vidéos. Quand votre enfant regarde un dessin animé sur YouTube, vous devez lui demander d’arrêter pour pouvoir naviguer sur internet. Nous n’exigeons pas la fibre, mais au moins du haut débit, afin que nous soyons égaux devant l’accès à internet. Nous sommes situés à deux pas du centre-ville de Nevers et nous avons l’impression d’habiter au fin fond du monde. On parle de l’attractivité de Nevers et de son agglomération… Franchement, à notre époque, ne pas avoir une connexion internet digne de ce nom dans une ville comme Nevers, c’est incroyable. On nous vend du rêve sur la fibre qui n’arrivera dans mon quartier que dans trois ou quatre ans. Une grande partie de l’agglomération est dans ce cas, car nous sommes tous branchés sur le même répartiteur [nœud de raccordement d’abonnés], à savoir celui de Nevers-Lavoir ».

Michel Lambert, de Lavault-de-Frétoy, dans le Morvan : « Nous sommes plusieurs sur la commune à avoir été privés de notre téléphone fixe pendant un mois, de fin avril à fin mai. D’autre part, nous constatons que le fonctionnement du téléphone mobile reste très incertain dans nos campagnes. Quant à l’internet, si certains se plaignent à juste titre de ne pas bénéficier des dernières avancées techniques, que dire de ceux qui, comme beaucoup d’entre nous ici, sont classés en zone blanche. Pour moi, elle est transparente ! Notre monde rural éprouve un sentiment croissant d’isolement et ressent même un certain mépris ».

Benjamin Viguier, de Decize, il habite la route des Feuillats : « Nous avons vraiment un problème de débit, peut-être parce que nous sommes en bout de ligne, à trois ou quatre kilomètres de la borne. On ne peut pas regarder un film en replay, ça coupe tout le temps, c’est l’horreur. Orange, notre fournisseur, nous dit qu’on aura une amélioration… dans cinq ans ! À la maison, nous sommes quatre. Quand tout le monde est sur son ordinateur ou sur son portable, ça rame vraiment. Cela fait peut-être la cinquième ou sixième box qu’on nous change. Le problème est récurrent ».

Julie Chêne, de Garchizy : « Nous avons une très mauvaise connexion internet. Au rez-de-chaussée, les appels sur les mobiles ne passent pas. Nous sommes sans cesse obligés de rappeler les gens. Pour passer un coup de fil avec le portable, le mieux c’est de se mettre à l’extérieur. Ce n’est pas pratique avec un tout-petit. Je sais que nos voisins sont dans le même cas. Nous sommes clients de SFR. Nous avons bien une box, mais impossible d’avoir les chaînes de télévision. On passe par la TNT. Auparavant, nous habitions dans le quartier du Banlay, à Nevers. Nous n’avions pas autant de soucis. L’idéal serait d’avoir une borne près de chez nous. J’ai entendu dire que c’était dans les tuyaux en lien avec la mairie ».

http :/hautdebit.nievre. Le conseil départemental a créé, en octobre, un site internet pour recenser les problèmes et les faire remonter jusqu’aux opérateurs.

*

lejdc.fr /05/09/15

Des communes de la Nièvre handicapées par des coupures d'internet
Coupures ou débit extrêmement faible contrariant quasiment toute utilisation. Les communes se sont tournées vers Orange, leur fournisseur d’accès internet, voulant une solution pérenne. - SALESSE Florian

Montreuillon, Montigny-en-Morvan, Fâchin, Brassy… combien d’autres, comme ces communes du Morvan, se trouvent confrontées à de sérieux et récurrents problèmes de connexion et faiblesse de débit internet ?
« Je ne sais trop quoi vous dire… Car comme me l’avait promis la direction régionale d’Orange à Dijon, Ça va nettement mieux depuis lundi dernier. » Bernard Mouron, maire de Montreuillon, rappelle pourtant que sa commune a connu de récurrentes coupures et faiblesses de débit d’internet. Une situation que l’élu juge anormale et même très handicapante pour les utilisateurs, dont la mairie. « Relations avec le Sieeen, le Trésor public, services de l’agence postale… Sans internet, impossible de travailler ! J’espère simplement que l’amélioration toute récente, va durer. »
Devant ce débit retrouvé à Montreuillon, comme apparemment aussi à Montigny-en-Morvan, l’élu reste d’un optimisme prudent. C’est aussi le cas de Marc Bonnot, maire de Fâchin. « Nous aussi, on a connu des améliorations, comme pendant l’hiver dernier, avec un débit fragile, mais suffisant. Les interventions d’Orange ont eu chaque fois des effets positifs. Mais en juin, puis en juillet… Ça a recommencé ! »
En lien depuis longtemps avec la sous-préfecture de Château-Chinon sur ce problème, le 17 août, l’édile a écrit au préfet. Marc Bonnot s’explique. « Comment faire sans internet, dès lors que les services de l’État obligent les collectivités à dématérialiser le travail avec eux ? Il y a des jours où je pourrais tout à fait dire à la secrétaire de mairie de rentrer chez elle. On ne va tout de même pas travailler que l’hiver ou la nuit ? »
Le ressenti de l’élu vient aussi de ce que les habitants de Fâchin se plaignent aussi à lui. « L’absence d’internet ou un débit si faible que vous ramez sans fin… ça gêne tout le monde : l’agriculteur qui doit faire face à ses déclarations, le loueur de chambre d’hôte qui va manquer une location, le particulier qui veut surfer, la petite entreprise locale d’informatique qui intervient à domicile… »
Réhabilitation conséquente du réseau
Il demande à ce qu’une étude sérieuse soit réalisée par Orange pour déterminer précisément causes et travaux à réaliser dans les délais les plus raisonnables. Le problème sera même inscrit au prochain conseil communautaire, ne serait-ce, déjà, que pour recenser toutes les communes adhérentes, qui connaissent ces problèmes avec le fournisseur d’accès internet.
Reconnaissant certains efforts faits par ce dernier, Marc Bonnot cite enfin les propos d’un courrier récent signé du responsable des relations avec les collectivités locales (Nièvre et Yonne) à la Direction régionale d’Orange à Dijon : « Nous avons bien compris la problématique d’un débit internet fluctuant lié aux orages locaux provoquant très directement le dysfonctionnement de nos installations et équipements…
« Demandons à ce que Fachin soit considéré comme un point sensible qui admettrait une réhabilitation conséquente du réseau d’alimentation et des équipements internet. » Sic !
Jean-Michel Benet

Partager cet article

Commenter cet article