C'est la vie ! Images d'archives

Les Dames de France

7 Janvier 2016 , Rédigé par education-programme

*

Les Dames de France
Noël 1938 fêté par le personnel

Noël 1938 fêté par le personnel

16 juillet 1944 - Les Dames de France viennent d'être bombardées par des avions anglais

16 juillet 1944 - Les Dames de France viennent d'être bombardées par des avions anglais

Les Dames de France

Bombardement du 16 juillet 1944 : rue du Commerce, les Dames de France

L’aviation anglaise, qui visait l’emprise ferroviaire de Nevers, a causé de nombreux morts et des dommages matériels énormes en un peu plus d’une demi-heure, la nuit du 16 juillet 1944.
Cent bombardiers Lancaster, 500 tonnes de bombes, 162 morts, 3.650 sinistrés, 220 immeubles totalement détruits, 750 immeubles endommagés. Le raid aérien britannique sur Nevers, vers 2 h, dans la nuit du 16 juillet 1944, ne peut se réduire à ce sinistre compte statistique.
La terreur a continué pendant des semaines
Bien que la cible des bombardiers anglais fut le nœud ferroviaire et malgré les fusées éclairantes censées faciliter la mission, l’aviation militaire était encore loin de programmer des “frappes chirurgicales”.
Les habitants de Nevers et des communes proches vécurent une nuit de terreur où peu de quartiers échappèrent au déluge de feu.
Celui de la gare paya le plus lourd tribut. De part et d’autre de la rue de Charleville, de la rue de Vert-Pré à celle de La Passière, tout n’était que ruines, à l’exception des cafés de la Paix et Moderne et du journal Paris-Centre (quotidien collaborationniste). La Maison du Peuple (sur l’actuelle allée du Docteur-Subert) était un amas entremêlé de pierres et de tôles. Tout est quasiment rasé, rues du 13e de Ligne, de L’Aiguillon, des Docks, du Donjon, Martin-des-Amognes.
Ceux qui, réfugiés dans leurs caves, se sont crus en sécurité, ont eu tort, écrasés par l’impact des bombes ou ensevelis sous les décombres.
Le chœur gothique de la cathédrale est un véritable chaos à ciel ouvert. Seule la tour Bohier, où était installée la DCA allemande, est épargnée. Les rues alentours présentent toutes le même spectacle de désolation.
Les jours et les semaines suivantes, la terreur a continué, car les Anglais avaient largué également des bombes à retardement, qui ont fait perdurer le traumatisme.
Jean-Christophe Henriet/ lejdc.fr

12 Mars 1965, jour de défilé aux Dames de France

12 Mars 1965, jour de défilé aux Dames de France

Partager cet article

Commenter cet article