C'est la vie ! Images d'archives

Un des derniers dinosaures

26 Décembre 2015 , Rédigé par education-programme

*

Ces cabines téléphoniques sont en voie de disparition. D'ici deux ans elles auront toutes disparu du paysage urbain.
Ces cabines téléphoniques sont en voie de disparition. D'ici deux ans elles auront toutes disparu du paysage urbain.
Ces cabines téléphoniques sont en voie de disparition. D'ici deux ans elles auront toutes disparu du paysage urbain.
Ces cabines téléphoniques sont en voie de disparition. D'ici deux ans elles auront toutes disparu du paysage urbain.
Ces cabines téléphoniques sont en voie de disparition. D'ici deux ans elles auront toutes disparu du paysage urbain.

Ces cabines téléphoniques sont en voie de disparition. D'ici deux ans elles auront toutes disparu du paysage urbain.

Bénéficier d’un service « triple play » avec internet, téléphonie et télévision, en disposant d’une connexion de 10 mégabits minimum, reste illusoire pour bon nombre de Nivernais.
Le printemps 2016 devrait voir les premiers abonnés raccordés à la fibre optique dans les quartiers neversois de La Baratte, des Montapins et du Mouësse. Ils pourront « surfer » à pleine vitesse avec des débits allant jusqu’à 200 mégabits. Si ces quelques familles vont pouvoir profiter du très haut débit, d’autres continueront de ramer. Et ils sont nombreux ces habitants des villes et des campagnes à apporter leurs témoignages sur la fracture numérique.
Régis Juillard, de Varennes-Vauzelles, il habite dans le quartier de Florenville : « Nous avons une connexion d’un méga, voire 1,5 quand Orange est généreux. Nous payons le triple play, mais avec une connexion au rabais et une télévision par satellite. Impossible de faire du replay ! Quand on essaie, il faut bien quatre bonnes heures pour commencer à regarder une émission ou un film. Il est compliqué aussi de naviguer sur certains sites internet qui contiennent des vidéos. Quand votre enfant regarde un dessin animé sur YouTube, vous devez lui demander d’arrêter pour pouvoir naviguer sur internet. Nous n’exigeons pas la fibre, mais au moins du haut débit, afin que nous soyons égaux devant l’accès à internet. Nous sommes situés à deux pas du centre-ville de Nevers et nous avons l’impression d’habiter au fin fond du monde. On parle de l’attractivité de Nevers et de son agglomération… Franchement, à notre époque, ne pas avoir une connexion internet digne de ce nom dans une ville comme Nevers, c’est incroyable. On nous vend du rêve sur la fibre qui n’arrivera dans mon quartier que dans trois ou quatre ans. Une grande partie de l’agglomération est dans ce cas, car nous sommes tous branchés sur le même répartiteur [nœud de raccordement d’abonnés], à savoir celui de Nevers-Lavoir ».
Michel Lambert, de Lavault-de-Frétoy, dans le Morvan : « Nous sommes plusieurs sur la commune à avoir été privés de notre téléphone fixe pendant un mois, de fin avril à fin mai. D’autre part, nous constatons que le fonctionnement du téléphone mobile reste très incertain dans nos campagnes. Quant à l’internet, si certains se plaignent à juste titre de ne pas bénéficier des dernières avancées techniques, que dire de ceux qui, comme beaucoup d’entre nous ici, sont classés en zone blanche. Pour moi, elle est transparente ! Notre monde rural éprouve un sentiment croissant d’isolement et ressent même un certain mépris ».
Benjamin Viguier, de Decize, il habite la route des Feuillats : « Nous avons vraiment un problème de débit, peut-être parce que nous sommes en bout de ligne, à trois ou quatre kilomètres de la borne. On ne peut pas regarder un film en replay, ça coupe tout le temps, c’est l’horreur. Orange, notre fournisseur, nous dit qu’on aura une amélioration… dans cinq ans ! À la maison, nous sommes quatre. Quand tout le monde est sur son ordinateur ou sur son portable, ça rame vraiment. Cela fait peut-être la cinquième ou sixième box qu’on nous change. Le problème est récurrent ».
Julie Chêne, de Garchizy : « Nous avons une très mauvaise connexion internet. Au rez-de-chaussée, les appels sur les mobiles ne passent pas. Nous sommes sans cesse obligés de rappeler les gens. Pour passer un coup de fil avec le portable, le mieux c’est de se mettre à l’extérieur. Ce n’est pas pratique avec un tout-petit. Je sais que nos voisins sont dans le même cas. Nous sommes clients de SFR. Nous avons bien une box, mais impossible d’avoir les chaînes de télévision. On passe par la TNT. Auparavant, nous habitions dans le quartier du Banlay, à Nevers. Nous n’avions pas autant de soucis. L’idéal serait d’avoir une borne près de chez nous. J’ai entendu dire que c’était dans les tuyaux en lien avec la mairie ».
http :/hautdebit.nievre. Le conseil départemental a créé, en octobre, un site internet pour recenser les problèmes et les faire remonter jusqu’aux opérateurs.
Géraldine Phulpin

Partager cet article

Commenter cet article