C'est la vie ! Images d'archives

Thomson - Alsthom 1950-1960

5 Décembre 2015 , Rédigé par education-programme

*

Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960
Thomson - Alsthom 1950-1960

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gwénola Champalaune lejdc.fr 21/07/2020 11:43

Depuis deux ans, les résidents de la cité Thomson à Nevers ont multiplié les courriers afin de signaler leur ras-le-bol face aux nuisances éprouvées, jour et nuit, et surtout se faire entendre.
Des vols, les usines en friche, Philips (dernier occupant, l’usine Silen, en liquidation judiciaire puis fermée en 2016), la Selni (en liquidation judiciaire puis fermée en 2018) qui drainent un certain va-et-vient… Rien n’a bougé depuis deux ans. D’où la colère des habitants de la cité Thomson à Nevers qui ressort encore plus fort.
« Depuis plus d’un an, on a prévenu toutes les instances qui peuvent être concernées par lettres recommandées avec accusé de réception ou par mails ».
« La démolition si la reconversion n’est pas possible »
Le dernier courrier signé de la main des riverains des rues des Grands-Champs et des Champs-Pacauds, a été adressé, il y a quelques jours, au premier citoyen de la cité ducale, Denis Thuriot.
Dans celui-ci, ils décrivent leur quotidien : sentiment d’insécurité, vols, rôdeurs et squatteurs dans les deux usines, la Selni et Philips, aujourd’hui fermées et dégradées, intrusions dans leurs jardins, trafic. Un paysage loin du calme d’autrefois qui s’est installé depuis trois ans. Les premiers stigmates sont apparus sur le site de l’ancienne usine Philips puis se sont poursuivis avec la fermeture de la Selni.
Les riverains supportent de plus en plus mal cette situation qui perdure depuis la fermeture des usines.
Les habitants de la cité Thomson tiennent à apporter cette précision avant de refermer leurs mots de mécontentement : « Nous ne faisons pas de politique. Nous ne faisons aucun règlement de compte. Nous demandons au maire de pousser en avant et de réunir les instances pour faire avancer cette situation. »

Un dossier complexe et des pistes réflexions
Ce site retient toute notre attention mais il n’appartient pas à la ville de Nevers mais à des privés », pointe du doigt, le maire Denis Thuriot.
D’autre part, les deux dernières usines en production à la cité Thomson, la Selni et Silen, ont toutes les deux été fermées à la suite à une liquidation judiciaire. Conséquence directe : « Elles n’ont plus d’actif. Je n’ai pas le droit, dans l’absolu, d’investir dedans », observe le maire.
Le premier magistrat dresse le portrait actuel de ces deux usines fermées : « Ce sont deux sites très différents. Selni est en très mauvais état. Silen, c’est mieux et pourrait être exploitable. »
Avant d’écrire un nouvel avenir, il faut d’abord songer au nettoyage du site et à son déménagement. Lors de la dernière réunion entre les divers acteurs concernés (élus de Nevers et de l’agglomération, la préfecture, représentants de la police nationale et municipale) début juin, quelques pistes de réflexion ont émergé, notamment celle de mener un chantier d’insertion. « Je veux bien racheter mais est-ce que je mets sur le dos des Neversois une friche supplémentaire sans projet ? Cela n’a aucun sens », relève le maire.
Les friches dans la Nièvre, des terrains difficiles à reconquérir
L’édile pointe du doigt quelques contraintes qui se rajoute encore à la complexité du dossier. « C’est en zone inondable et il y a de l’amiante. La partie la plus polluée, c’est Selni. C’est très grand. Si on veut tout mettre par terre, cela représente un certain coût. L’usine Selni pourrait de nouveau être exploitable. Si quelqu’un a un projet. »
Concernant la Selni une procédure est enclenchée par la préfecture : un arrêté préfectoral de mise en demeure a été pris en date du 8 janvier. Des visites de contrôle par l’inspection de sites classés ont été menées les 17 et 25 février. Suivi d’un arrêté de mesures d’urgence le 12 mars. L’arrêté de mise en demeure n’a pas été respecté. Ce qui a conduit au 2 juillet à un arrêté préfectoral de consignation de somme s’élevant à 2.310.000 €.

Gwénola Champalaune lejdc.fr

Jean-Francois PERRET 20/10/2016 08:42

Résultats pour "Thomson"
Thomson - Alsthom 1950-1960
*
05/12/2015
Thomson Frigéco
* Persée est un programme de publication électronique de revues scientifiques en sciences humaines et sociales. L'intégralité des collections imprimées de revues est numérisée et mise en ligne...
11/04/2015
Jean Baillet
* Jean, Magny-Cours 1920 - Coulanges-les-Nevers 1961 Jean fait partie des Ailes nivernaises Mais sa réelle passion : l'aquarelle, le dessin et les fleurs sans oublier la photographie. Ici, rue Sainte-Trohé à Nevers, sans doute à la fin des années 40....
07/04/2016
Forces vives et surtout laborieuses
* GRANDES ET MOYENNES ENTREPRISES PRIVEES DU GROUPE NIVERNAIS Dans les années 50, à titre indicatif : Imphy - Société métallurgique créée en 1869 - 2.258 salariés - Grosse sidérurgie Fourchambault - A.C.M.A. créée en 1951- 2.152 salariés - Scooter 2...
11/04/2015
Croissances et déclins industriels
Un exemple nivernais (1952-1958) Le milieu industriel nivernais présente trois traits caractéristiques : -la prédominance traditionnelle de l'industrie métallurgique : il n'existe pratiquement pas de fabriques de textiles. Deux usines textiles créées...
12/04/2015
Etat des lieux
Une administration, par essence, n'est pas une entreprise privée et, en principe, elle appartient à tout le monde. Lorsque des dysfonctionnements apparaissent on peut considérer comme un devoir que de les dénoncer. Que seuls quelques-uns décident, on...
26/01/2012

From: Jean-Francois PERRET
Sent: Thursday, October 13, 2016 6:04 PM

Subject: Enseignes d'antan La Thomson Nevers

Bonjour Monsieur Vérat,
Pour ma rubrique Enseignes d'antan qui paraît chaque dimanche, je recherche
des clichés anciens de l'usine Thomson-Houston de Nevers, : des vues
intérieures et extérieures, de production (d'obus, hélices et autres).
Auriez-vous ça dans votre photothèque ? Si oui, accepteriez vous de m'en
confier ou de me recevoir pour que je fasse des reproductions ? Elles
seraient alors insérées dans mes pages dédiées à ce site industriel, avec
la mention "Collection particulière Marc Vérat"
Je vous remercie d'avance de votre réponse.
Je vous adresse mes respectueuses salutations