C'est la vie ! Images d'archives

L’Hôtel du parc de Saint-Honoré-les-Bains

7 Octobre 2015 , Rédigé par education-programme

*

L’Hôtel du parc de Saint-Honoré-les-Bains vit ses dernières heures. Très loin de son glorieux passé, le bâtiment, déjà très endommagé, sera démoli en novembre.

Les bâtiments ont cela de commun avec les arbres : quand une mairie veut les abattre, cela soulève un mouvement d’indignation. Saint-Honoré-les-Bains n’échappe pas à ce phénomène. En entérinant la démolition de l’Hôtel du parc, dans un mois, le conseil municipal de Saint-Honoré-les-Bains savait à quoi il s’exposait. Le maire, François Grandjean, s’explique.

Comment en est-on arrivé là ? La situation est ancienne. Bien avant ma mandature. Depuis les années 80, les propriétaires privés se sont succédé. Le dernier en date avant déposé un permis de construire pour faire des travaux. Mais rien n’a jamais été fait. Il n’a même pas entretenu l’existant. Il n’a pas eu l’argent nécessaire. C’est un problème financier.

L’Hôtel du parc est une propriété privée. Quel est votre rôle de maire ?Je dois protéger la population. Il y a un vrai danger pour le public. Dès qu’il y a du vent, nous nous rendons sur les lieux. Dernièrement, ce sont des morceaux de zinc que nous avons ramassés. De nombreux arrêtés de péril ont été pris. Puis, la justice a été saisie. Le tribunal de grande instance de Nevers a jugé, le 2 novembre 2014, la démolition. C’est assez rare. Cette décision de justice permet à la mairie d’entrer sur cette propriété privée pour la démolir. Dans ce dossier, il faut bien faire la différence entre le domaine privé et le domaine public.

La décision de justice date d’il y a un an. Pourquoi avoir attendu ? Il y a toujours des possibilités de faire appel. Nous avons attendu que ce délai passe. Et puis, nous voulions attendre la fin de la saison thermale. Pendant tout ce temps, jamais le propriétaire ne s’est manifesté.

Combien va coûter la démolition ? La démolition va coûter 30.000 €. La mairie paiera la facture. Puis l’enverra au propriétaire. Mais nous ne savons pas s’il pourra la payer. Franchement, cet argent, je peux le mettre ailleurs !

Que pensez-vous de la pétition qui s’oppose à la démolition ? Cette pétition est menée, et signée par des gens qui ne sont pas de Saint-Honoré. Bien sûr que cet Hôtel a un passé. Bien sûr que l’on peut regretter ce qu’il est devenu quand on regarde les photos d’il y a trente ans. Mais aujourd’hui, c’est trop tard. Cette décision ne me fait pas plaisir. Mais je n’ai pas d’autres solutions. Ce n’est pas possible de le sauver. Il faudrait que le propriétaire trouve 200.000 € pour éviter qu’il s’écroule…

Qu’en pensent les Saint-Honoréens ? Pendant ma campagne pour les élections municipales, j’ai entendu de nombreux Saint-Honoréens me dire : “il faut se débarrasser de cette verrue”. De toute façon, je ne peux pas faire autrement.

La pétition lancée pour sauver l’Hôtel du parc de Saint-Honoré-les-Bains a recueilli un peu plus de trois cents signatures. Elle est portée par l’association Urgence patrimoine, basée à Auxerre.

Mais celui qui en parle sans doute le mieux est Héja Garcia-Guillerminet, dont les parents ont été propriétaires de l’Hôtel jusqu’au début des années 80.

1-Verrue ou trésor endormi ? Héja Garcia-Guillerminet a le sens de la formule. Il sait pertinemment que les Saint-Honoréens n’en peuvent plus de voir l’Hôtel du parc dans cet état de délabrement. « C’est son état qui fait de lui une verrue. Ce n’est pas le bâtiment en lui-même qui est un trésor architectural et géologique avec les plus belles pierres du Morvan. L’Hôtel du parc est emblématique ! Il y a assez de destructions à Saint-Honoré-les-Bains. Il faudrait que son sort serve à fédérer les Saint-Honoréens, et plus largement le Morvan. »

2-Vision d’hier et vision de demain. Beaucoup de Saint-Honoréens sont fatigués d’entendre les défenseurs du patrimoine ressasser leurs souvenirs d’enfance. Pour Héja Garcia-Guillerminet, c’est le contraire. « Saint-Honoré résonne dans les cœurs au-delà de la Nièvre ! C’est une force. » Et de développer des arguments sur l’avenir de la station thermale. « Partout, le thermalisme marche. On restaure, on rénove. Pourquoi pas ici ? ».

3-Question de temps. Pour le maire (lire ci-dessus), la situation n’a que trop duré. Pour les pétitionnaires, au contraire, il est urgent de gagner du temps. « Nous comprenons la mairie, il faut protéger la population. Pour cela, il faut 200.000 € pour un échaufadage et mettre tout le monde hors de danger. Les murs sont solides. La décision de justice a été prise il y a un an. On peut encore attendre un an pour se mobiliser et chercher des solutions. »

4-La grande Région. Héja Garcia-Guillerminet lance un appel à la grande Région Bourgogne-Franche-Comté. « Qu’elle prouve qu’elle ne va pas être qu’au service de Dijon et de Beaune. Il y a quand même peu de patrimoine comme l’Hôtel du parc dans le Morvan. »

5-Pour quoi faire ? Sauver l’Hôtel du parc, certes… Mais pour quoi faire ? « Jusque-là, les projets ont été trop luxueux. On peut imaginer des logements simples pour l’accueil des touristes. Ou des locaux pour la mairie. »

http://education-programme.over-blog.com/2014/11/hotel-du-parc.html
http://education-programme.over-blog.com/2014/11/hotel-du-parc.html

http://education-programme.over-blog.com/2014/11/hotel-du-parc.html

Partager cet article

Commenter cet article

Laure Brunet 02/11/2015 13:09

Malgré l’énergie mise par ses défenseurs pour sauver l’Hôtel du Parc de Saint-Honoré-les-Bains, ce dernier devrait disparaître du paysage dès demain.
Si proche de la date fatidique, le maire, François Grandjean, souhaite insister sur la sécurité de ses concitoyens : « L'état de dégradation avancé de l'Hôtel du Parc constitue un préjudice esthétique et surtout une menace pour la sécurité publique.
De nombreuses constatations de péril et mises en demeure de sécuriser le site ont été signifiées au propriétaire, sans effet. La situation continue de s'aggraver. Faut-il attendre que survienne un accident ? ».
Respect du droit
Le maire a bien entendu les critiques des amoureux de l'Hôtel du Parc : « Mais les plans de sauvetage imaginaires de certains ne nous protègent pas d'une catastrophe ».
Sans oublier les manquements de l'actuel propriétaire : « Il n'a pas réalisé les travaux de consolidation prescrits à maintes reprises entre 2011 et 2014. La procédure d'appel entreprise en décembre 2014 par le même propriétaire, contre le jugement en référé de novembre 2014 autorisant la démolition, a été abandonnée de fait, en mars 2015, en l'absence de production d'un quelconque élément nouveau.
La commune agit dans le respect du droit et dans l'intérêt de la population ».

laure.brunet@centrefrance.com