C'est la vie ! Images d'archives

Les Usines Lambiotte

8 Mai 2015 , Rédigé par education-programme

 

Les usines Lambiotte à Prémery étaient spécialisées dans la Carbochimie du bois dans les deux dernières décennies du 19è siècle et la 1ère moitié du 20è siècle.
Cette entreprise dont le propriétaire directeur, Lucien Lambiotte, était passionné des nouvelles technologies de la carburation des moteurs fournissait de façon très conséquente le carburant automobile de l’époque, les automobiles marchaient au Méthanol qui a un excellent pouvoir explosif, méthanol obtenu à partir de la fermentation alcoolique du bois.
La guerre de 1914 ayant amené une énorme demande de gasoil à l'usage de la marine de guerre qui en est très grosse consommatrice, le méthanol s'est vu dépassé petit à petit par le fuel obtenu à partir de l'extraction du pétrole, au début venant principalement d' Amérique et de Mer Noire.
L'Usine Lambiotte dut petit à petit se reconvertir vers l'industrie pharmaceutique et aussi la production de solvants .
La guerre de 1940 acheva le développement de l'entreprise avec l'exploitation des pétroles du Moyen Orient et les découvertes successives des pétroles d'Afrique et d'Amérique du Sud. C'en était fait de la Carbochimie du Bois en France; l'autre Usine atteinte par cette crise fut la concurrente de Lambiotte à Clamecy appartenant à Rhône Poulenc (la fameuse SPCC) mais qui diversifia ses productions ailleurs.
L'usine stagna donc jusqu'en 2002 se contentant de la carbonisation du bois pour une production de charbon de bois pour les grandes surfaces.

Etablissement : Nolay (7 route de) PREMERY 58700

Siége social de " Produits Chimiques Ugine Kuhlmann " :
Tour Manhattan. La Défense 2. 6 place de l'Iris. 92400 Courbevoie.

Siége social de " Sté des usines LAMBIOTTE " :
Tour Manhattan. La Défense 2. 6 place de l'Iris. 92400 Courbevoie.

Exploitants : du 06/11/1886 au 31/12/1979 Ets LAMBIOTTE Frères
du 01/01/1980 au 23/08/1988 Produits Chimiques Ugine Kuhlmann
du 24/08/1988 Sté Usines LAMBIOTTE

Source d'information : DRIRE 58 & dossiers 1014 W 193, 1047 W 04, 1297 W 38, 1297 W 40, 1297 W 41, 1297 W 42, 1297 W 43, 1298 W 160/2 des archives départementales.
Donnée complémentaire : Visite de terrain été 2001.

12 - SYNTHÈSE HISTORIQUE
Synthèse  : Elément des usines LAMBIOTTE (voir fiches 734 & 738).

Création de l'usine en 1886 par la famille LAMBIOTTE afin de produire du bois d'oeuvre et des produits chimiques dérivés du bois. La raison sociale est Ets LAMBIOTTE Frères. Le procédé utilisé est la décomposition du bois sous l'action de la chaleur ; il donne du charbon de bois et des pyroligneux.

Arrêté préfectoral le 21/06/1895 : à la S.A. des Ets LAMBIOTTE Frères pour la carbonisation du bois.

Arrêté préfectoral le 18/05/1934 : à la S.A. des Ets LAMBIOTTE Frères pour un ensemble de dépôts et d'ateliers et un dépôt de celluloïd.

Arrêté préfectoral le 09/03/1948 : autorisant provisoirement le stockage de une tonne de celluloïd dans l'ancien dépôt partiellement détruit par incendie.

Arrêté préfectoral le 30/06/1948 : à la S.A. des Ets LAMBIOTTE Frères pour :
* la remise en service des dépôts et d'ateliers objets de l'arrêté du 18/05/1934,
* préparation de toiles enduites de colles et solvants pour l'industrie de la chaussure.

Arrêté préfectoral le 24/09/1948 : annulation du précédent.

Dans les années cinquante l'usine pratique de nouvelles activités :
* fabrication de produits chimiques organiques de synthése, dérivés des porduits obtenus par la carbonisation du bois proprement dite (formol à partir de méthanol, acétates à partir d'acide acétique).

Arrêté préfectoral le 07/12/1955 : à la S.A. des Ets LAMBIOTTE Frères pour procéder à des aménagements dans l'usine.

En 1964 éclatement des activités :
* " Sté des usines LAMBIOTTE " achetée par la Sté des produits azotés (SPA),
* création de deux sociétés indépendantes :
- " produits LAMBIOTTE Frères " (produits pour chaussures, colles),
- " BOSNI " (exploitation forestière, bois, parqueterie, traverses de chemin de fer).

En 1967 la SPA fusionne avec la Sté Ugine Kuhlmann. Suite à la fusion de cette dernière avec Pechiney la " Sté des usines LAMBIOTTE " devient filale à 100 % en 1971.

En 1980 se trouvent sur la plateforme, suite à diverses péripéties (éclatement, absorption, fusions, etc) :
* " BOSNI " (exploitation forestière, bois, parqueterie, traverses de chemin de fer),
* " Sté nouvelle de produits LAMBIOTTE Frères " (S.N.P.L.F., colles vinylique & néoprène, enduction de toiles),
* " Produits Chimiques Ugine Kuhlmann " (P.C.U.K., fabrication d'acétate de glycol),
* " Organichim " (fabrication de formol, colles),
* " Sté des usines LAMBIOTTE " (U.S.L., produits obtenus par carbonisation du bois).

Caractéristiques de U.S.L. :
* effectif : 260,
* consommation annuelle (en tonnes) :
- bois : 100 000,
- fioul lourd numéro 29 000,
* production annuelle (en tonnes) :
- charbon de bois : 19 000,
- acide acétique : 3 500,
- méthanol : 1 000,
- huiles & goudrons pyroligneux : 6 500.

Arrêté préfectoral le 20/02/1984 : autorisation à la Sté ORGANICHIM de poursuivre l'exploitation d'activités classées :
* dépôt de formol et solution de formol en 23 réservoirs de capacité totale de 238 mètres cubes,
* dépôt d'acool en 5 réservoirs de capacité totale de 439 mètres cubes,
* distillation & rectification (15 mètres cubes, environ, de mélange formol-méthanol).

Arrêté préfectoral le 20/02/1984 : autorisation à la Sté " Produits Chimiques Ugine Kuhlmann " de poursuivre l'exploitation d'activités classées :
* dépôt d'acétates organiques en 7 réservoirs de capacité totale de 840 mètres cubes,
* distillation, condensation & rectification (24 mètres cubes environ).

Le dossier 1297 W 40 contient la description de l'usine LAMBIOTTE effectuée par la DRIR le 05/11/1984. L'activité de base de l'usine est la carbonisation du bois pour en obtenir le charbon de bois ainsi que des produits chimiques tels que formaldéhyde, solvants organiques. L'usine comporte :
* une chaudière polycombustible,
* trois chaudières produisant 19 t de vapeur à l'heure (AP des 06/11/1886, 07/12/1892, 05/10/1893, 21/06/1895 et 20/02/1984),
* deux chaudières d'élimination par combustion de déchets tels que goudrons, écorces, éclats, huiles de bois, plaquettes de poussière de charbon, gaz résiduaires,
* deux chaudières d'élimination par combustion de déchets liquides provenant de l'extérieur de l'usine (AP du 20/02/1984),
* zone de stockage de 180 mètres cubes en 3 RA (AP des 18/05/1971 & 20/02/1984).

Caractéristiques de U.S.L. :
* effectif : 257,
* consommation annuelle (en tonnes) :
- bois : 100 000,
- fioul lourd numéro 29 000,
* production annuelle (en tonnes) :
- charbon de bois : 20 000,
- acide acétique : 3 000,
- acide formique : 100,
- méthylène dénaturant : 1 200,
- acétate de soude : 1 000,
- solvants : 200,
- produits pour tannerie : 80,
- arômes alimentaires : 30.

Caractéristiques d'Atochem : production annuelle d'acétate d'éthyl-glycol : 5 000 t.

Caractéristiques de C.D.F. :
* production annuelle (en tonnes) :
- formol liquide toutes nuances : 6 000,
- formol solide : 4 000,
- Elforon : 1 500.

Arrêté préfectoral le 25/06/1984 : annulation de l'autorisation du service " formols " de détenir & d'utiliser des radio-éléments artificiels.

Le 09/02/1988 la Sté Usines LAMBIOTTE reprend les activités de " Produits Chimiques Ugine Kuhlmann " (P.C.U.K., fabrication d'acétate de glycol) & " Organichim " (fabrication de formol, colles),

Le 17/11/1992 déclaration des installations :
* installations soumises à autorisation :
- rectification des flegmes méthylèniques (1 200 mètres cubes/an de méthylène ou alcool méthylènique),
- criblage, ensachage & palettisation du charbon de bois (250 kW),
- fabrication et traitement mécanique de l'acétate de sodium (réacteur de 50 mètres cubes, 2 500 t/an, 200 kW),
- chaudières de production de vapeur avec élimination de déchets (48 800 Mcal/h, 56 t/h de vapeur),
- dépôts mixtes de divers liquides inflammables de première catégorie et alcools assimilés en RA (1 498 mètres cubes de pyroligneux, huiles & goudrons, 1 894 d'alcools, 1 625 d'acétates & esters, 62 de FOD),
- distillation & rectification des produits issus de la carbonisation du bois (71 mètres cubes),
- stockage d'ammoniac (1,5 t),
- dépôts de charbon de bois (7 000 t),
- obtention d'acide acétique à partir des jus pyroligneux (3 000 t/an, stockage de 570 mètres cubes),
* installations soumises à déclaration :
- fabrication d'agglomérés de charbon de bois,
- conditionnement mécanique du bois (400 kW, 900 t/jour, stockage de 33 000 mètres cubes),
- carbonisation du bois (25 000 t/an),
- stockage de fioul lourd (54 mètres cubes),
- travail mécanique des métaux (20 ouvriers),
- atelier d'entretien (16 ouvriers),
- compresseur d'ammoniac pour réfrigération (120 kW, - 3 000 kcal/h),
- compresseur d'air (83 kW),
* installations non classables mais notables :
- atelier de réparation & d'entretien de véhicules,
- dépôt d'acide formique (48 mètres cubes en 4 RA),
- dépôt d'acide chlorhydrique (99 mètres cubes en 6 RA),
- dépôt de soude et solution sodée (60 mètres cubes).

Il semble, faute d'indications formelles telles que déclaration de transfert de propriété, etc, que ce site soit celui de " Sté nouvelle de produits LAMBIOTTE Frères " fabriquant des produits pour chaussures et des colles et adhésifs. La société emploie 170 personnes ; elle prend le nom de " BORDEN Division LAMBIOTTE " en 1989 et " MYDRIN-LAMBIOTTE " à partir de 1995.

Le dossier de la DRIRE contient la déclaration des installations de l'usine " MYDRIN-LAMBIOTTE " ci-après. Elle n'est pas datée malheureusement :
* installations soumises à autorisation :
- stockage en fûts de 200 kg de diverses combinaisons chimiques d'éthylène et d'amine,
- atelier de préparation de colles vinyliques à chaud (3 500 kg),
- traitement mécanique de mastics et colles (240 kW),
- dépôt aérien de solvants (520 mètres cubes),
- mélange et brassage mécaniques en enceintes fermées sous azote des colles néoprène (36 t),
- mélange avec réaction chimique mineure des résines et durcisseurs époxydes (3 t/jour),
- application de peintures et enduits par pulvérisation sur toiles imprégnées (150 l/jour),
- tunnels de séchage des toiles enduites et impégnées (120 °C),
- emploi et stockage des colles vinyliques de diaminodiphénylméthane (stock de 3 t),
* installations soumises à déclaration :
- mélange à froid de solvants (33 mètres cubes),
- mélange et brassage mécaniques en enceintes fermées de produits de finition (9 t),
- chargeurs d'accumulateur (30 kW),
- stockages de bois, cartons, palettes et emballages (1 600 mètres cubes),
- chaudières fonctionnant avec huiles thermiques en circuit fermé (250 °C, 4 300 l),
- stockage des matières premières (2 000 t, 31 000 mètres cubes),
- grattage des cotons et produits polyesters non tissés (1 t/jour),
- réservoir de propane (70 mètres cubes),
- emploi de dichlorométhane (500 l),
- emploi de résines synthétiques et de poudres (2 t/jour),
- 4 transformateurs au pyralène (1 480 l au total),
- compression d'air (80 kW),
* installations non classables mais notables :
- 4 chaudières au FOD (825 kW),
- emploi de colles pour enduction et imprégnation des toiles (1 mètre cube).

Les Usines Lambiotte
Urométine Lambiotte Frères

Urométine Lambiotte Frères

Les Usines Lambiotte

Historique de LAMBIOTTE Frères
3, rue d’Edimbourg, Paris 8° (en 1929)
"Fondées il y a plus de quarante ans au milieu des régions forestières du Nivernais et de l’Ardenne, établies à Prémery et à Demeurs dans la Nièvre, et à Marbehan dans le Luxembourg belge, les usines LAMBIOTTE sont destinées à la distillation du bois et à la préparation des produits chimiques qui en dérivent.
Il y a un quart de siècle, les usines Lambiotte étaient les seules en France à fabriquer les créosotes et les gaïacols purs et leurs éthers. Elles produisent aujourd’hui en abondance le formol, le trioxyméthylène et l’hexaméthylènetétramine.

Les spécialités Lambiotte Frères sont : les Perles Taphosote (tanno-phosphate de créosote) ; le Phosote (phosphate de créosote pur) ; le Créosoforme (composé formaldéhydocréosoté) ; l’Urométine (Hexaméthylènetétramine pure) ; le Galform (pastilles à l’aldéhyde formique) ; le Chloroforme ; le Thiosole (Sirop au sulfocrésotate de potassium)."
Texte paru dans la revue d’Histoire de la Pharmacie en 1929 

Partager cet article

Commenter cet article