C'est la vie ! Images d'archives

La cicatrice industrielle

23 Avril 2015 , Rédigé par education-programme

*

La cicatrice industrielle
La cicatrice industrielle
La cicatrice industrielle
La cicatrice industrielle
Après avoir obtenu un répit judiciaire en 2013, le site industriel de Lambiotte vit ses derniers mois : les travaux de démolition sont prévus pour début 2016.
Deux tours en pierre. Voilà ce qu’il devrait rester, fin 2016 et si tout se déroule cette fois sans fausse note, du mythique site industriel Lambiotte de Prémery.
Fermée en 2002, l’ancienne entreprise chimique, spécialisée dans la carbonisation du bois, devait initialement être démolie en 2014. « Cela n’a malheureusement pas été possible. Il y a eu un vice de procédure lors de l’appel d’offres européen. Nous nous en sommes aperçu une fois le prestataire sélectionné », dévoile Florian Philippon, chef de projet sites et sols pollués à l’Agence de développement et de maîtrise de l’énergie (Ademe).
Une mauvaise surprise alors que la phase de dépollution était terminée. À présent, l’agence de l’environnement doit relancer un appel d’offres européen et sélectionner le prestataire avant la fin de l’année. « Après, il faut laisser le temps aux personnes qui arriveront sur le dossier de se l’approprier. C’est un site très vaste et d’ampleur. Nous espérons débuter au premier trimestre 2016. »
La nouvelle équipe aura ainsi la lourde charge de démolir l’ensemble des bâtiments plus que centenaires pour certains. Seules les deux tours en pierre seront épargnées, conservées pour des raisons patrimoniales. « Nous allons mettre le terrain à nu. Tout ce qui est dalles et fondations ne seront pas touchées dans un premier temps. Il nous manque en effet des données sur la qualité des sols. Nous verrons par la suite. Nous ne voulons rien laisser au hasard », poursuit le chef de projet de l’Ademe qui s’attend logiquement à un sous-sol pollué, « vu ce qui a été trouvé en surface ».
« Nous savons quels sont les secteurs où il y a suspicion de contamination. Au niveau des eaux de surface, l’impact est limité. » Par contre, avec la présence de phénols, benzène et d’hydrocarbures dans les eaux souterraines – « ce qui est logique vu l’activité qu’il y avait sur le site » – « un impact a été constaté entre le site et la station d’épuration », explique Florian Philippon. Et d’assurer : « Mais c’est sans conséquences sur les eaux de la Nièvre. Le milieu s’est adapté. Et les volumes de la Nièvre font qu’il y a une dilution ».
Pour autant, ce chantier, ce sous-sol et le coût de l’opération ont, à l’époque, fini de dissuader la Ville de Prémery et la Communauté de communes de s’en charger, laissant ce site orphelin. Et à l’État de reprendre la paternité du site pour ce qui constitue, quinze ans après la fermeture, « l’un des plus gros chantiers menés par l’Ademe ».
 
Pierre Peyret/ lejdc/ 21/04/15 - 06H02
La cicatrice industrielle
La cicatrice industrielle
La cicatrice industrielle
Au temps des "Lambiotte", l'usine garde son esprit paternaliste. Le patron se doit de connaître chaque ouvrier par son nom et on pratique la politique des petits cadeaux. A la naissance de Georges Lambiotte, en 1928, son père Auguste fait distribuer du vin en quantité aux ouvriers. En 1954, pour la naissance des jumeaux Lambiotte, la tradition est respectée et chaque employé reçoit deux bouteilles de Pouilly. Au moment du départ en retraite, chacun a droit à un cadeau.
On ne produit pas que du charbon de bois à Prémery. De la carbonisation et de la distillation on peut extraire quelque cent-dix produits dérivés comme le formol, l'acide acétique, la créosote, pour ne citer que les principaux sans oublier bien sûr tous les produits à usage pharmaceutique.
La production la plus curieuse reste celles des arômes alimentaires. Lambiotte parfume les confitures, les bonbons, les crèmes. Un arôme renforce le goût du beurre et Prémery sera longtemps l'unique fabriquant de l'arôme à la saveur de fraise des bois - Tagada.
Comme toutes les usines "chimiques", celle de Prémery génère ses nuisances. Il y a l'odeur de la carbonisation qui flotte en permanence. L'odeur est très tenace et finit par imprégner les vêtements. Dans les magasins on entend dire : " Tiens, un Lambiotte est passé par là !" Des fumées noires retombent aussi parfois sur la cité et les eaux polluées ruissellent jusqu'à la Nièvre toute proche. Il existe un risque permanent d'incendie et, en 1947, une explosion dans le stockage du celluloïd provoqua le décès de deux ouvriers. Il n'est donc pas étonnant que le site ait fini par être classé "Seveso".
 
Extrait des Grandes heures du Mouvement Ouvrier dans la Nièvre/ Maurice Joinet/ avril 2004

Partager cet article