C'est la vie ! Images d'archives

Emile Vernon

12 Mars 2015 , Rédigé par education-programme

 

La fresque du plafond du Petit Théâtre de Nevers
Émile Vernon est élève à l'école des beaux-arts de Tours et y reçoit le premier prix de dessin en 1888. Puis il suit l’enseignement de William Bouguereau et d’Auguste Truphème à l'école des beaux-arts de Paris. En 1898, il participe à l'Exposition des beaux-arts et des arts décoratifs de Tours et débute au Salon des artistes français. Il y expose régulièrement jusqu'en 1913, présentant notamment portraits, paysages et peintures florales. Il exécute quelques peintures murales comme celles du théâtre de Châtellerault en 1899. Il excelle dans les peintures à l'aquarelle de femmes et d'enfants aux couleurs vives et aux décors bucoliques...

Entre 1795 et 1801, plusieurs volontés se manifestent afin de voir s'édifier à Nevers une salle de spectacle conforme au goût moderne qui puisse satisfaire les désirs d'un public de plus en plus nombreux. Le théâtre fut édifié par la municipalité de 1809 à 1823, d'après les dessins de l'ingénieur départemental Lebrun. Les travaux ont commencé le 25 novembre 1809. Cette salle à l'italienne présente une façade de pierre de taille des environs de Nevers, des murs en moellons, une enceinte de salle en brique, une charpente en chêne, une couverture en ardoises et une serrurerie en gros fer. Devant le bâtiment, la place a été agrandie et pavée. Le 6 janvier 1824 a lieu l'inauguration du nouveau théâtre de la ville avec la pièce "Barberousse et Barbe Noire". Des travaux d'amélioration furent également réalisés entre 1833 et 1836.
Le 20 décembre 1898, Émile Vernon, artiste peintre à Tours, peindra le plafond de la salle en 1899 qu'il signera et datera.
En 1899, le théâtre sera entièrement réaménagé par l'architecte Brazeau afin de satisfaire aux nouvelles dispositions de sécurité décidées à la suite de l'incendie meurtrier de l'Opéra comique de Paris (mai 1887). Les escaliers de secours latéraux sont réalisés à cette date. Enfin un péristyle couvert d'une terrasse ajoute à la monumentalité de l'entrée. (source : "Cheminement piéton de la Ville de Nevers").

Endommagé par le bombardement du 16 juillet 1944, le théâtre fermera en 1971 pour des raisons de sécurité. Il rouvrira en 1980 après des travaux de rénovation pour fermer de nouveau quelques années pus tard.

Emile Vernon
Emile Vernon

Europe est d’une beauté triomphante. Le taureau est d’une blancheur éclatante. La princesse enlevée, tient une corne de sa main droite ; sa main gauche est posée délicatement sur la croupe fleurie de l’animal ; ses vêtements ondulent sous le souffle du vent. La mer offre déjà ses flots à Zeus pour la chevauchée légendaire…

La jeune princesse fit un jour un rêve étonnant où deux continents personnifiés tentaient de la séduire. Le matin venu, pour chasser ce rêve étrange, elle alla avec ses suivantes cueillir des fleurs près de la plage de Sidon.
C'est là que Zeus aperçut la jeune fille jouant avec ses compagnes et il en tomba immédiatement amoureux. Il jugea plus prudent de se métamorphoser en taureau pour échapper à la surveillance de son épouse, Héra, et pour mieux approcher les jeunes filles sans les effaroucher. Il prit la forme d'un beau taureau blanc au front orné d’un disque d’argent et surmonté de cornes en croissant de lune. Il se mêla paisiblement aux jeux des jeunes filles; il se laissa même caresser par Europe, qui, attirée par l'odeur d'un crocus qu'il mâchonnait, tomba sous son charme et s'assit sur son dos.
Mais dès qu'elle fut sur son dos, il se précipita vers le rivage proche. Accompagné par toute une cohorte de divinités marines, de n'Eréides chevauchant des dauphins et de tritons soufflant dans des conques, il l'amena dans l'île de Crête.

L'Enlèvement d'Europe par Rembrandt et François Boucher
L'Enlèvement d'Europe par Rembrandt et François Boucher

L'Enlèvement d'Europe par Rembrandt et François Boucher

Partager cet article