C'est la vie ! Images d'archives

Argentine - SAFRAR

2 Avril 2014 , Rédigé par education-programme

*

Une instabilité chronique, un terrorisme de gauche et de droite !
L´Argentine fait son expérience du terrorisme pendant la décennie des années soixante-dix, quand se développe des groupes violents de gauche qui prônent une lutte armée pour déstabiliser le gouvernement. En réaction celui-ci encouragera des actions de répression peu licites.
Ainsi les Montoneros et l'ERP ont poursuivi un processus de terrorisme dans tout le pays, surtout dans le nord-ouest de la province pauvre de Tucuman. En Argentine, dès le retour du général Peron en 1973, le massacre dit d'Ezeiza du 20 juin marque la scission entre les péronistes : les Montoneros et l'ERP d'un côté, le syndicat conservateur de José Rucci et l'extrême droite dont toute une partie soutient alors Peron - et que Peron soutient - de l'autre. José Lopez Rega, ministre et conseiller sous les gouvernements Campora en 1973, Lastiri, Juan Peron, puis Isabel Peron de 1973-1976, met alors en place la Triple A, autrement dit l' Alliance Anticommuniste Argentine, un véritable escadron de la mort qui aurait fait plus de 1 500 victimes.
La répression d'État commence donc avant le coup d'État de mars 1976 qui mène la junte militaire au pouvoir et déloge Isabel Peron, troisième femme du général. La Triple A échoue dès le 21 novembre 1973, à assassiner le sénateur Yrigoyen par le biais d'une voiture piégée. En 1974, elle assassine le jésuite Carlos Mugica, membre des Montoneros, une organisation péroniste de gauche, catholique et nationaliste. Elle vise aussi Silvio Frondizi, recteur de l'Université de Buenos Aires et frère de l'ancien président Arturo Frondizi... Leurs menaces de mort pousseront à l'exil de nombreux artistes et autres intellectuels de gauche.
En mars 1975, le gouvernement d'Isabel Peron organise un raid à Santa Fe qui mobilise 4 000 membres des forces de sécurité, police et armée avec pour objectif d'éradiquer par tous les moyens le foco créé par la guérilla guévariste ERP. Cent cinquante militants et leaders syndicaux seront arrêtés.
Ainsi, lorsque les militaires s'emparent du pouvoir un an plus tard, la guérilla de l'ERP est déjà démantelée et les Montoneros, très affaiblis. En mars 1976, toute prétendue « subversion » n'est donc déjà plus qu'un prétexte commode pour l'extrême droite, présente aussi bien dans l'armée que dans l'Église, pour justifier la mise en place d'une dictature pure et dure.
A l'aube du 24 mars 1976, la Junte Militaire dirigée par le général Jorge Rafael Videla prend le pouvoir. Le coup d'Etat écarte Isabel Perón, présidente depuis le décès de son mari, Juan Perón, le 1er juillet 1974.
"Isabelita", politiquement discutable et discutée, complaisante dans sa manière de gouverner et complètement alignée sur la droite, avait déjà accepté les groupes paramilitaires de l'Alliance Anticommuniste Argentine, les trois AAA, promus par certains de ses collaborateurs.
Ce 24 mars 1976, trois années seulement s'étaient écoulées depuis les élections générales du 11 mars 1973 qui permirent un retour à la démocratie avec l'arrivée à la présidence du péroniste Héctor Cámpora. Après sept ans d'une autre dictature, s'ouvrait alors un bref "printemps démocratique" de quelques mois seulement. Ceci provoqua une conjoncture favorable durant laquelle la Jeunesse Péroniste modérée, c'est-à-dire les secteurs progressistes du péronisme liés aux Montoneros, occupera d'importantes positions dans l'État, promouvant le renforcement des organisations sociales et préconisant un "socialisme à l'argentine" qui enthousiasmera des milliers de jeunes militants.
Avec le coup d'Etat de 1976, se reproduisait une fois de plus le schéma initié en 1955 lors de la défaite de Juan Perón : de longues dictatures militaires, fortes et répressives, suivies de gouvernements démocratiques, fragiles et courts.
Un coup d'Etat de plus...

Argentine - SAFRAR
Argentine - SAFRAR
Argentine - SAFRAR
Guy Vérat y su Custodia, Director de fabrica Peugeot 1974 - 1977

Guy Vérat y su Custodia, Director de fabrica Peugeot 1974 - 1977

Argentine - SAFRAR
Custodia

Custodia

La casa Rebinder

La casa Rebinder

Argentine - SAFRAR
Esteban Goles

Esteban Goles

Esteban Goles et Magali

Esteban Goles et Magali

Argentine - SAFRAR
El Mirador, la casa Rebinder - La Plata - avril 1975

El Mirador, la casa Rebinder - La Plata - avril 1975

Buenos-Aires mars 1975

Buenos-Aires mars 1975

Asado novembre 1975

Asado novembre 1975

Argentine - SAFRAR
Didier et Jean-Marie Gerber 1975

Didier et Jean-Marie Gerber 1975

Casa Rebinder

Casa Rebinder

Partager cet article